Créer des liens

3, 2, 1… C’est parti pour le premier article de mon blog.

Ça fait longtemps que je songeais à créer mon petit blog à moi, qui me permette de mettre « sur papier » mes pensées et mes impressions concernant des choses qui me passionnent dans la vie : le vin, la gastronomie, les bons livres…

Ce blog sera mon petit chez moi, où je pourrai passer quelques moments seul, loin de tout souci, loin de mes tâches professionnelles, un endroit où je pourrai dire (ou plutôt écrire) ce que je pense vraiment, sans crainte de fâcher quelqu’un 😉

En fait, ce que je viens d’écrire n’est pas trop juste. On n’est jamais seul sur internet. Ce blog, s’il est là, sur la « toile », c’est qu’il est accessible à tous les « internautes », où qu’ils soient. N’importe qui pourra lire ces lignes-ci et, je vous l’avoue, ça fait soudainement peur. J’éprouve brusquement une forme d’agoraphobie, cette peur qu’on peut avoir des lieux publics, des espaces ouverts, de la foule. En effet, l’internet est le plus grand espace ouvert que je connaisse, et je me rends compte que je viens de me lancer, avec mon blog, dans ce lieu public démesuré. Je me sens d’un coup petit, très petit, insignifiant presque.

Le Petit Prince

Ha ha, c’est bizarre tout cet amas de sentiments que j’éprouve à la fois : fierté, optimisme, peur, angoisse. Et tout ça pour avoir créé un blog sur internet, un blog comme il y en a des milliers. Ce qui le rend différent à mes yeux ? C’est mon blog à moi, que je vais apprivoiser comme si j’étais un Petit Prince et que mon blog était mon renard.

Et puisqu’on est là, je vais profiter de cette occasion pour noter l’un de mes passages favoris de toutes les pages qui ont été jamais écrites, un extrait du livre « Le Petit Prince » (Saint-Exupéry).

« Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C’est bien gênant ! Ils élèvent aussi des poules. C’est leur seul intérêt. Tu cherches des poules ?

– Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

– C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… »

– Créer des liens ?

– Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde… »

Ce blog n’est pour vous qu’un blog comme les autres. Mais si, vous aussi, vous l’apprivoisez, vous aurez besoin de lui. Il ne sera plus semblable à cent mille autres blogs. Je vous invite donc à revenir me lire dès que vous aurez un moment libre. C’est comme ça qu’on va créer des liens.

« – Que faut-il faire? dit le petit prince.

– Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près… »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s