Yoga for wine-lovers

Une vidéo que j’ai découverte aujourd’hui sur YouTube et qui m’a bien amusé.

Publicités

Un article génial !

harm·less drudg·ery

Last Thursday was a rare treat in our house: one of those nights where the homework was done early, the dinner was cooked by someone else, and snow was in the forecast. The evening stretched out, molasses-lazy. My eldest daughter sauntered into the kitchen where I was spending some meditative time with the pots and a scrub brush.

« So, » she began lightly, « I wanted to talk to you about your pottymouth. »

I hummed. She does not approve of my penchant for cussing.

« When I came into your office today, you said the s-word. Cursing is evidence of a lack of creativity. » It is always a delight to hear your feeble parenting parroted back at you.

« A guy said something stupid on the radio this morning and then defended it by misquoting the dictionary. I was just frustrated, that’s all. »

She whisked a dishtowel off the shelf and began drying pots…

View original post 1 909 mots de plus

Trop tard pour le champagne !

munchLe 14 février a débarqué plus tôt que prévu ? C’est à peine ce matin que vous avez jeté un œil dans le calendrier pour constater avec effroi que la Saint-Valentin est déjà la ?

Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas grave ! En fait, non, je plaisante, bien sûr que c’est grave !!!

Prisonnier au bureau jusqu’à 19h, vous ne pourrez pas vous libérer plus tôt pour aller faire les magasins et trouver LE cadeau. Et non, Internet ne peut pas vous aider non plus. Il est trop tard pour acheter du champagne en ligne, des bonbons, des fleurs ou quoi que ce soit ! Il n’y a pas de courrier exprès qui puisse vous livrer un colis en moins de deux heures.

Quelle est la solution ? Mais puisque je vous le dis : il n’y en a pas ! C’est trop tard, tout est perdu !

Quoique… il existe peut être un moyen de vous en sortir. Non, pas besoin de vendre votre âme au diable, il s’agit bien d’acheter quelque chose. Mais voyons ! Vous avez bien l’habitude de le faire.

Un indice : Amazon. Deuxième indice ? Kindle ! Got it ?

Vouiii, des livres en format électronique, that’s what I’m talking about ! Vous passez la commande maintenant et, deux minutes plus tard, le bouquin est là !

Oh, c’est magique, n’est-ce pas ? Non, pas l’amour, Amazon !

Des personnages et du vin

511098F0CKL._SL500_Samedi, ce jour béni où l’on reste chez soi pour faire ce qu’on aime, j’ai lu un petit bouquin qui a fait mon bonheur de fin de semaine : La perle, de John Steinbeck. Une lecture facile, mais tellement reposante et captivante, pas forcément de par son sujet (plutôt triste, comme dans tous les livres de Steinbeck), mais surtout grâce à la manière dont le texte a été conçu par son auteur, tel une chanson qui reprend inlassablement le refrain, jusqu’à ce que le public soit à jamais épris de sa magie.

Pendant de longues minutes, j’ai été fasciné par ce texte, à la façon dont Kino, le personnage principal, a été fasciné par la perle qu’il a découverte au tréfonds de la mer et qu’il a baptisée la Perle du Monde. Et pour prolonger cette « ambiance Steinbeck » qui m’avait tellement envouté, j’ai me suis lancé ensuite dans la lecture d’un autre livre signé par ce grand auteur américain, Les raisins de la colère.

Mais avant d’entamer ce nouveau texte (que j’aurais dû lire il y a des années, j’en suis conscient), je n’ai pas oublié de copier un petit extrait que j’ai trouvé approprié pour mon blog d’oenologue amateur. Vous l’aurez bien deviné, il est question de vin et de la France :

Lire la suite