Six personnages en quête de… vin

510Q2TQKA4L._SL500_Immergé depuis plusieurs semaines dans l’œuvre de John Steinbeck, après La perle, Les raisins de la colère et La rue de la Sardine, hier je me suis délecté d’un autre chef d’œuvre signé par ce grand écrivain américain : Tortilla Flat.

J’ai du mal à trouver les mots pour expliquer à quel point ce petit bouquin a su me charmer et a confirmé mon admiration pour son auteur. Un texte simple à lire, mais loin d’être simpliste, des personnages nobles qui font partie des couches les plus démunies de la société, une histoire dramatique racontée avec humour… tout y est pour empêcher le lecteur de fermer ce livre tant qu’il n’est pas encore à la fin.

Lire la suite

A school for fools & red wine for me

722134Il y a quelques jours, j’ai commandé en ligne le livre A school for fools (en anglais, traduit du russe) que je suis en train de lire. Malheureusement, le texte n’est pas encore disponible en français, donc si vous n’êtes pas anglophones ou russophones, vous allez rater ce bouquin merveilleux et étrange écrit par Sacha Sokolov, un écrivain contemporain russe.

Depuis des années je respecte cette tradition que j’ai instaurée il y a une bonne dizaine d’années, voire plus : en hiver je lis toujours des écrivains slaves. Ce n’est pas quelque chose que je me suis imposée, ça a commencé plutôt comme une envie de lire Dostoïevski un hiver où il faisait très froid, ça a continué l’hiver suivant avec Boulgakov et la tradition y était déjà ! J’ai découvert ensuite Andreï Kourkov, un auteur ukrainien de langue russe que j’apprécie énormément et dont j’ai lu tous les romans qui ont été traduits en français (ou en anglais).

Lire la suite